REALMECA
REALMECA
Un lycée microtechnique parisien
Le Lycée Jules Richard dispense la formation microtechnique et a créé un BTS "Conception et industrialisation en microtechniques" Source : Jules Richard
Le Lycée Jules Richard dispense la formation microtechnique et a créé un BTS "Conception et industrialisation en microtechniques"
Source : Jules Richard

Situé dans le 19e arrondissement de Paris, en haut des Buttes Chaumont, le Lycée Jules Richard est né dans les années 1920. "Jules Richard peinait à recruter des ouvriers suffisamment qualifiés pour travailler dans son usine parisienne et souhaitait donc créer un centre d’apprentis à proximité", explique le professeur Stéphane Galtayries. "Objectif : assurer la formation d’artisans d’élite, capables de construire des appareils et des instruments mécaniques de précision." S’ensuit dans les années 1970, le développement des microtechniques et de la miniaturisation. L’appellation de "Mécanicien de Précision" fut remplacée par celle de "Microtechnicien" avec la création d’un BTS "Conception et industrialisation en microtechniques". Aujourd’hui le lycée compte 250 élèves et 35 professeurs. D’ailleurs, cinq générations d’anciens élèves sont devenus professeurs dans cet établissement pas comme les autres. "Lycée technologique privé sous contrat avec l’Education nationale, gratuit et laïque, il dispense une formation axée sur les microtechniques. Leader dans l’Ile de France dans cette spécialité, notre lycée a une moyenne de réussite de 95 % sur vingt ans", précise Stéphane Galtayries. En effet, l’équipe pédagogique cherche à promouvoir la réussite scolaire et amener les lycéens jusqu’à la licence de métrologie. "Depuis la création de l’établissement, la collaboration avec les entreprises a toujours été une priorité pour nous", poursuit le professeur. Des projets pédagogiques innovants sont menés en partenariat avec des entreprises (Renault, Akka sports, Dassault Systèmes, Vialume, BMW motorrad, Thales...). L’établissement est un centre de ressources pour le dispositif "Courses en cours" dans les Académies de Paris et Créteil. Enfin, un projet est en cours d’élaboration pour créer une licence professionnelle microtechniques pour la rentrée 2020/2021…
www.lyceejulesrichard.fr

SUR LE MÊME SUJET
1 | 2 | 3
MICRONORA
DERNIER NUMÉRO PARU
Micronora informations N°152
Mai 2020
En couverture :
La fabrication additive (FA) fait ses preuves dans la recherche ainsi que dans de nombreux domaines industriels. Il lui reste à faire néanmoins, de nombreux progrès pour améliorer la qualité des pièces et la productivité des machines. Quant aux coûts, de nouveaux systèmes, commercialisés pour moins de 100 000 euros, mettent la fabrication additive métallique à la portée des PME. Ici des pièces produites avec la solution du constructeur espagnol Meltio qui s’installe sur une machine-outil ou un robot. Source : Meltio
En couverture :
La fabrication additive (FA) fait ses preuves dans la recherche ainsi que dans de nombreux domaines industriels. Il lui reste à faire néanmoins, de nombreux progrès pour améliorer la qualité des pièces et la productivité des machines. Quant aux coûts, de nouveaux systèmes, commercialisés pour moins de 100 000 euros, mettent la fabrication additive métallique à la portée des PME. Ici des pièces produites avec la solution du constructeur espagnol Meltio qui s’installe sur une machine-outil ou un robot.
Source : Meltio

ON EN PARLE
Les micro-news de l’industrie

INNOVATION
Un marché, une idée, un produit
Roland Bailly, maître des applications ultra-précises

USINE DU FUTUR
Des défis et des solutions

DOSSIER
Les exploits de la fabrication additive

FOCUS ENTREPRISE
Meusburger, maître de l’outillage standard

RENDEZ-VOUS BTOB
Micro nano event

R&D, PRODUITS ET SOUS-TRAITANCE
L’ENTRETIEN DE MICRONORA
Philipe Lutz, directeur du département AS2M (Institut FEMTO-ST)

LISTE DES ANNONCEURS

VOIR CE NUMÉRO EN PDF