REALMECA
REALMECA
Texturation de grande surface
Associé à un scanner polygonal rapide, le laser de 350 W de puissance moyenne à très haute cadence (13 MHz) a réalisé une texturation de surface sur un moule d’injection de grande dimension (900 x 600 mm) qui pèse 400 kg. Source : ALPhNOV
Associé à un scanner polygonal rapide, le laser de 350 W de puissance moyenne à très haute cadence (13 MHz) a réalisé une texturation de surface sur un moule d’injection de grande dimension (900 x 600 mm) qui pèse 400 kg.
Source : ALPhNOV

Dans le cadre du projet européen H2020 TresClean, ALPhANOV a réalisé une texturation de surface sur un moule d’injection au laser femtoseconde de haute puissance moyenne. Ce projet a pour objectif de développer, par texturation laser, des surfaces antibactériennes à l’aide de lasers ultra-courts haute puissance. Dans le cadre de ce projet, ALPhANOV développe des procédés lasers à base de LIPSS (Laser-induced Periodic Surface Structures) permettant de modifier la mouillabilité des surfaces traitées pour les rendre hydrophobes ou super hydrophobes. Le laser utilisé pour atteindre les vitesses de traitement spécifiées peut délivrer jusqu’à 350 W de puissance moyenne à très haute cadence (13 MHz) et avec des durées d’impulsion sub-picoseconde. Ce laser est associé à un scanner polygonal permettant de déplacer le faisceau laser à des vitesses dépassant la centaine de m/s. Après trois ans de travail et de recherche, les ingénieurs d’ALPhANOV ont réalisé une texturation de surface sur un moule d’injection de grande dimension (900 x 600 mm) qui pèse 400 kg. Ce procédé laser a été réalisé avec le laser Tangor 300 d’Amplitude. La combinaison de ce laser ultra-court à haute puissance et d’un balayage de faisceau à grande vitesse permet d’accroitre la productivité avec un temps de traitement de 7,2 m2/h. Le moulage à injection permettra de transférer la nanostructure générée par laser sur un réservoir polymérique utilisée dans le lave-vaisselle BSH et ainsi lui donner des propriétés antibactériennes. Ces propriétés permettent de minimiser la formation de biofilm et de diminuer drastiquement l’utilisation d’eau pendant les cycles de lavage pour atteindre des procédés plus écologiques.
www.alphanov.com

PLASTIFORM
DERNIER NUMÉRO PARU
Micronora informations N°152
Mai 2020
En couverture :
La fabrication additive (FA) fait ses preuves dans la recherche ainsi que dans de nombreux domaines industriels. Il lui reste à faire néanmoins, de nombreux progrès pour améliorer la qualité des pièces et la productivité des machines. Quant aux coûts, de nouveaux systèmes, commercialisés pour moins de 100 000 euros, mettent la fabrication additive métallique à la portée des PME. Ici des pièces produites avec la solution du constructeur espagnol Meltio qui s’installe sur une machine-outil ou un robot. Source : Meltio
En couverture :
La fabrication additive (FA) fait ses preuves dans la recherche ainsi que dans de nombreux domaines industriels. Il lui reste à faire néanmoins, de nombreux progrès pour améliorer la qualité des pièces et la productivité des machines. Quant aux coûts, de nouveaux systèmes, commercialisés pour moins de 100 000 euros, mettent la fabrication additive métallique à la portée des PME. Ici des pièces produites avec la solution du constructeur espagnol Meltio qui s’installe sur une machine-outil ou un robot.
Source : Meltio

ON EN PARLE
Les micro-news de l’industrie

INNOVATION
Un marché, une idée, un produit
Roland Bailly, maître des applications ultra-précises

USINE DU FUTUR
Des défis et des solutions

DOSSIER
Les exploits de la fabrication additive

FOCUS ENTREPRISE
Meusburger, maître de l’outillage standard

RENDEZ-VOUS BTOB
Micro nano event

R&D, PRODUITS ET SOUS-TRAITANCE
L’ENTRETIEN DE MICRONORA
Philipe Lutz, directeur du département AS2M (Institut FEMTO-ST)

LISTE DES ANNONCEURS

VOIR CE NUMÉRO EN PDF