ROLAND BAILLY
ROLAND BAILLY
La plasturgie adopte le 4.0
Équipée de moteurs électriques associés à un pilotage hydraulique, la presse verticale Vertis peut surmouler des inserts dans un environnement robotisé. Source : MS
Équipée de moteurs électriques associés à un pilotage hydraulique, la presse verticale Vertis peut surmouler des inserts dans un environnement robotisé.
Source : MS

Le constructeur français de presses à injecter Billion propose plusieurs solutions nouvelles. Les presses tout électrique Select2 disposent des caractéristiques mécaniques et d’un entraînement du système de fermeture amélioré. Ce qui leur permet de produire à des cadences plus ou moins élevées et d’accepter des moules ou des outillages de différentes dimensions. Ces machines polyvalentes s’adaptent sans peine aux différents domaines d’application. Les presses Select2 intègrent le protocole de communication Euromap 63. Le constructeur français a conçu également une gamme de presses verticales, la Vertis, dans laquelle on peut trouver par exemple, une machine avec 100 tonnes de force de fermeture dotée d’un plateau tournant. Equipée de moteurs électriques associés à un pilotage hydraulique, cette machine est précise, rapide et consomme peu d’énergie, selon les spécialistes de Billion. L’opérateur peut accéder en toute sécurité à la zone du moule grâce à la fermeture en col-de-cygne sans colonnes de la machine. Vertis est pilotée par une commande Dixit et peut surmouler des inserts dans un environnement robotisé. Adepte de la démarche 4.0, Billion a mis au point avec l’ISPA (Institut Supérieur de Plasturgie d’Alençon) une cellule de plasturgie 100 % connectée. Le projet met en oeuvre, autour de la presse à injecter Billion, les outils de gestion de production et de traçabilité de SISE, les systèmes robotiques de Sepro Group, les capteurs Kistler, les alimentateurs-dessicateurs de Martiplast et l’outillage rotatif de Zedes.
www.billion.fr

MICRONORA
DERNIER NUMÉRO PARU
Micronora informations N°152
Mai 2020
En couverture :
La fabrication additive (FA) fait ses preuves dans la recherche ainsi que dans de nombreux domaines industriels. Il lui reste à faire néanmoins, de nombreux progrès pour améliorer la qualité des pièces et la productivité des machines. Quant aux coûts, de nouveaux systèmes, commercialisés pour moins de 100 000 euros, mettent la fabrication additive métallique à la portée des PME. Ici des pièces produites avec la solution du constructeur espagnol Meltio qui s’installe sur une machine-outil ou un robot. Source : Meltio
En couverture :
La fabrication additive (FA) fait ses preuves dans la recherche ainsi que dans de nombreux domaines industriels. Il lui reste à faire néanmoins, de nombreux progrès pour améliorer la qualité des pièces et la productivité des machines. Quant aux coûts, de nouveaux systèmes, commercialisés pour moins de 100 000 euros, mettent la fabrication additive métallique à la portée des PME. Ici des pièces produites avec la solution du constructeur espagnol Meltio qui s’installe sur une machine-outil ou un robot.
Source : Meltio

ON EN PARLE
Les micro-news de l’industrie

INNOVATION
Un marché, une idée, un produit
Roland Bailly, maître des applications ultra-précises

USINE DU FUTUR
Des défis et des solutions

DOSSIER
Les exploits de la fabrication additive

FOCUS ENTREPRISE
Meusburger, maître de l’outillage standard

RENDEZ-VOUS BTOB
Micro nano event

R&D, PRODUITS ET SOUS-TRAITANCE
L’ENTRETIEN DE MICRONORA
Philipe Lutz, directeur du département AS2M (Institut FEMTO-ST)

LISTE DES ANNONCEURS

VOIR CE NUMÉRO EN PDF