MICRONORA
MICRONORA
Découpe fine et polyvalente
Sopil gère plus de 1 600 références/ pièces qui sont fabriquées en séries de 10 000 à plusieurs millions d’exemplaires et dans une gamme de 800 matières premières différentes. Source : Sopil
Sopil gère plus de 1 600 références/ pièces qui sont fabriquées en séries de 10 000 à plusieurs millions d’exemplaires et dans une gamme de 800 matières premières différentes.
Source : Sopil

Créée en 1961 par René Lebaut à Pirey (25) pour fabriquer des outillages, la société Sopil a rapidement étendu son activité au découpage de petites pièces en cuivre, laiton, bronze, béryllium et des alliages divers (inox, titane, etc.) utilisés dans la connectique. "Notre production est destinée à des secteurs industriels comme l’automobile, l’industrie électrique, la téléphonie, le ferroviaire, l’aéronautique, le médical, l’électro-ménager…", précise Jérôme Deutschlé, responsable des ventes de cette PME familiale qui emploie 115 salariés. Une production réalisée dans une usine dont la superficie est de 9 200 m2 couverts. "Nous gérons plus de 1 600 références/pièces qui sont fabriquées en séries de 10 000 à plusieurs millions d’exemplaires et dans une gamme de 800 matières premières différentes", souligne l’expert. Une activité qui répond à trois mots clés - qualité, prix, délai – réalisée grâce à un bureau d’étude intégré équipé de stations Tell et Pro- Eng qui assure la définition des pièces et un atelier dédié qui fabrique les outils neufs, les modifications et la maintenance des outillages grâce à une trentaine de machines traditionnelles et CNC capables d’usiner tous types de matériaux (carbure ou autres). La production est contrôlée par de nombreux équipements (projecteurs, microscopes...) ainsi que des caméras 2D.

www.sopil.fr

SUR LE MÊME SUJET
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8
PLASTIFORM
DERNIER NUMÉRO PARU
Micronora informations N°152
Mai 2020
En couverture :
La fabrication additive (FA) fait ses preuves dans la recherche ainsi que dans de nombreux domaines industriels. Il lui reste à faire néanmoins, de nombreux progrès pour améliorer la qualité des pièces et la productivité des machines. Quant aux coûts, de nouveaux systèmes, commercialisés pour moins de 100 000 euros, mettent la fabrication additive métallique à la portée des PME. Ici des pièces produites avec la solution du constructeur espagnol Meltio qui s’installe sur une machine-outil ou un robot. Source : Meltio
En couverture :
La fabrication additive (FA) fait ses preuves dans la recherche ainsi que dans de nombreux domaines industriels. Il lui reste à faire néanmoins, de nombreux progrès pour améliorer la qualité des pièces et la productivité des machines. Quant aux coûts, de nouveaux systèmes, commercialisés pour moins de 100 000 euros, mettent la fabrication additive métallique à la portée des PME. Ici des pièces produites avec la solution du constructeur espagnol Meltio qui s’installe sur une machine-outil ou un robot.
Source : Meltio

ON EN PARLE
Les micro-news de l’industrie

INNOVATION
Un marché, une idée, un produit
Roland Bailly, maître des applications ultra-précises

USINE DU FUTUR
Des défis et des solutions

DOSSIER
Les exploits de la fabrication additive

FOCUS ENTREPRISE
Meusburger, maître de l’outillage standard

RENDEZ-VOUS BTOB
Micro nano event

R&D, PRODUITS ET SOUS-TRAITANCE
L’ENTRETIEN DE MICRONORA
Philipe Lutz, directeur du département AS2M (Institut FEMTO-ST)

LISTE DES ANNONCEURS

VOIR CE NUMÉRO EN PDF